Nouvelle venue il y a quelques décennies encore dans le paysage critique français et étranger, la recherche sur la littérature des voyages constitue aujourd'hui un domaine à part entière des études littéraires. Textes ouverts sur le monde, les récits de voyage sont inséparables des routes, des pays, des choses et des gens qui les ont inspirés. Leur lecture appelle l'attention sur le rapport de l'écriture à ce qu'elle décrit, et d'une façon générale sur la force référentielle d'un récit qui n'abandonne jamais sa vocation à dire le réel, quelle que soit l'étrangeté, voulue ou non, des lieux et des objets qu'il évoque.



Dernier numéro paru

7 | 2020 : Voyage et littérarité

Le dossier qui suit, dont l’article de Le Huenen constitue manifestement le fil rouge, n’a pas pour ambition de remettre une nouvelle fois sur l’ouvrage le problème souvent traité de l’appartenance du « récit de voyage » au champ de la « littérature ».

Plutôt que d’opposer deux territoires, il entend étudier la manière dont chacun de ces « territoires » a pu contribuer à définir l’autre. Les textes ici rassemblés interrogent à la fois la manière dont les récits de voyage ont pu participer à la définition de nouveaux critères de littérarité et ce que l’analyse littéraire de textes réputés non littéraires peut avoir de spécifique et d’efficace et révéler de ses propres présupposés.

Lire l'introduction complète.