Questions sur Halte à la croissance ?

Questions about Limits to Growth

DOI : 10.52497/revue-opcd.244

Abstracts

Résumé : le rapport Halte à la croissance ?, publié en 1972, a suscité beaucoup d’interrogations et de questionnements. Ces derniers portaient tant sur le modèle utilisé, World3, que sur les hypothèses ou les conclusions. Après 50 ans passés à y répondre régulièrement, cet article compile les réponses de Dennis Meadows à 21 des questions les plus récurrentes sur Halte à la croissance ?

Abstract: the Limits to growth report, published in 1972, generated many interrogations and discussions. These included questions on the World3 model, on the team’s hypotheses or the report’s conclusions. After 50 years spent regularyl answering these, this article compiles Dennis Meadows’ answers to 21 of the most recurrent questions on Limits to growth.

Index

Mots-clés

dynamique des systèmes, World3, durabilité, limites à la croissance, prospective

Keywords

system dynamics, World3, sustainability, limits to growth, prospective

Outline

Text

Questions sur le rapport Meadows au Club de Rome

Image

© Félix Zirgel, 2023

Introduction

En 1972, nous avons publié la première édition de Limites à la croissance1. Depuis lors, j’ai prononcé plus de mille discours décrivant les objectifs, les méthodes, les résultats et les implications de nos recherches. Mes présentations ont été faites dans plus de 50 pays. Les publics étaient très divers : leur âge variait de 6 à 70 ans et leur profession allait de jeunes étudiants, à de hauts fonctionnaires et à des membres de la royauté. Certains vivaient dans des villages de montagne reculés de la Géorgie soviétique ou du Japon ; d’autres étaient des résidents de grandes villes comme New York, Vienne, Paris, La Havane, Séoul, Xian.

Malgré leur diversité, toutes ces personnes partageaient de nombreuses perceptions et préoccupations communes. Par conséquent, j’ai dû faire face à un grand nombre des mêmes questions, commentaires et objections, encore et encore.

Dans cet article, je vais résumer quelques-unes des questions les plus courantes et fournir des résumés abrégés et non techniques de mes réponses typiques. Bien entendu, chacune des questions énumérées ci- dessous pourrait faire l’objet, et a souvent fait l’objet, d’un livre entier. Les personnes intéressées par ce niveau de détail devront chercher ailleurs.

L’objectif est de permettre à chaque lecteur de comprendre comment j’envisage actuellement les perspectives du monde après 50 ans de lecture, de discussion et de réflexion sur les questions que nous avons soulevées dans l’édition de 1972 de Limites à la croissance. Mon point de vue actuel découle de la lecture approfondie de milliers de rapports, de discussions intenses sur ces questions avec des centaines de collègues professionnels, de recherches professionnelles menées pendant cinq décennies et de réflexions sur les événements et les décisions de ma vie personnelle.

Je pourrais citer des dizaines de références pour étayer chacune de mes réponses, mais je ne le ferai pas. Je n’essaie pas de prouver que chacune d’entre elles est vraie. En effet, mes réponses ci-dessous seront toujours incomplètes, et certaines d’entre elles se révéleront certainement au moins partiellement erronées. De toute façon, la plupart des questions importantes n’ont pas de réponse unique et simple. Si l’une d’entre elles en a une, je ne sais pas encore laquelle.

World3 a été conçu pour donner un aperçu des causes et des conséquences de la croissance de la population mondiale et de la consommation de matériaux sur une planète finie. Le modèle a atteint cet objectif. Il n’a pas été conçu pour donner un aperçu de la dynamique du déclin de l’activité démographique et économique après l’arrêt de leur croissance.

Cette ère de croissance rapide à l’échelle de la planète a été unique dans l’histoire de notre espèce. L’équipe du MIT a toujours reconnu que la fin de cette phase de croissance mondiale entraînerait d’énormes changements dans les cultures politiques et économiques des nombreux peuples du monde. Nous n’avons pas essayé d’inclure ces changements dans World3. Nos rapports n’ont jamais spéculé à leur sujet, et je n’exprimerai pas ici mes opinions personnelles.

Comme il était impossible de prévoir avec certitude la trajectoire générale de la croissance physique future, nous avons présenté douze scénarios différents dans l’édition de 1972 de notre rapport – douze trajectoires possibles pour l’expansion de la population humaine et de l’économie matérielle.

Pour générer ces scénarios, nous avons testé différentes hypothèses concernant la précision de nos estimations, les impacts des technologies futures et la nature des réactions sociales.

Nous n’avons pas considéré une seule projection informatique comme étant l’avenir le plus probable. Mais plusieurs études récentes et indépendantes ont montré que l’un de nos scénarios, la figure 35 du livre de 1972, suit raisonnablement bien les données historiques de 1970 à 2010. Ce scénario est reproduit ci-dessous sous forme de figure.

Il apparaît ici inchangé par rapport à son original de 1972, à l’exception de l’ajout de deux barres verticales. Une ligne indique la date de publication de notre livre, et l’autre indique approximativement l’heure actuelle.

Ce scénario est devenu un paradigme influent à travers lequel j’interprète les événements actuels et anticipe l’avenir. Ses principales caractéristiques seront reflétées dans mes réponses ci-dessous.

Avant de présenter ces réponses, je vous propose quatre mises en garde.

Mes opinions sur l’avenir de la planète ont été largement formées avant que je ne dispose de ma compréhension actuelle des conséquences du changement climatique sur notre espèce, et avant que le virus Covid-19 n’ait commencé à modifier les valeurs sociales, les trajectoires économiques et les priorités politiques. Dans une dizaine d’années, on comprendra mieux les impacts du climat et de la pandémie sur l’environnement, les systèmes physiques, biologiques et sociaux du globe. Je suis certain que personne ne conclura qu’il a relevé les limites de la croissance.

Figure 1 : Le scénario World3 que je considère comme le plus utile.

Image

Figure 35 dans Halte à la croissance ? (Meadows et al., 1972).

Puisque j’écrirai comme je parlais lorsque je répondais aux questions des gens, vous verrez dans ce qui suit de nombreuses redondances et omissions. La compilation suivante de questions et de réponses n’épuise certainement pas la liste des préoccupations importantes. Les réponses suivantes ne sont pas non plus classées dans un ordre d’importance particulier.

Le rapport Limites à la croissance avait-il raison ?

Cette question implique que nous n’ayons fait qu’une seule prédiction. Notre livre contient de nombreuses affirmations, dont aucune n’est une prédiction. Nous avons présenté douze scénarios différents sur la manière dont les principaux facteurs mondiaux pourraient évoluer d’ici 2100.

Certains de ces scénarios montrent une société mondiale évoluant de manière durable vers un niveau relativement élevé de population et de consommation matérielle. D’autres montraient une croissance démographique et économique dépasser la capacité de charge de la planète avant le milieu de ce siècle et décliner. La réalité se situera quelque part dans cette fourchette.

Je pense que World3 reste une meilleure base pour comprendre les problèmes mondiaux que les nombreux modèles avancés à l’époque par des économistes qui ont réfuté nos travaux il y a cinquante ans.

Pourquoi n’avez-vous pas essayé de prédire l’avenir ?

Lorsque le comportement d’un système n’est affecté que par des forces physiques et que les lois qui les régissent sont comprises de manière exhaustive et précise, comme c’est le cas dans de nombreux domaines de l’astronomie, certains aspects de l’avenir peuvent être prédits très précisément. Il est possible, par exemple, de prédire quand et où se produira la prochaine éclipse de lune, à quelques secondes près, voire des siècles à l’avance.

Cependant, lorsque le libre arbitre humain influence le comportement d’un système, les facteurs d’influence ne sont connus que de manière incomplète et approximative. Il n’y a alors aucune possibilité de prédire avec précision et confiance.

Cela ne signifie pas que tout avenir est possible. Même lorsqu’il est impossible de dire avec certitude ce qui va se passer, il est souvent facile de décrire de nombreux futurs qui n’ont aucune chance de survenir. Les constantes physiques ne changeront pas. Les lois de la thermodynamique ne seront pas abrogées.

Par exemple, s’il était possible d’augmenter la température de fonte de la glace à l’avenir, le déclin de l’étendue des glaciers pourrait être inversé. Je ne peux pas prédire précisément quelles politiques l’humanité adoptera pour lutter contre le changement climatique, ni prédire avec certitude combien de glaciers existeront encore en 2100. Mais je peux absolument exclure tout avenir qui suppose que l’humanité modifie le point de fusion de l’eau.

Les progrès phénoménaux de l’informatique depuis 1972 ont-ils permis de construire de meilleurs modèles globaux ?

Dans certains types d’analyses globales, par exemple les prévisions météorologiques, des ordinateurs plus puissants ont été une bénédiction. Les simulations informatiques permettent aujourd’hui aux météorologues de faire des prévisions beaucoup plus détaillées, précises et étendues qu’il y a cinquante ans. Les progrès de la compréhension scientifique au cours de cette période ont été essentiels pour réaliser ces progrès, mais ils n’auraient pas été très utiles si la puissance croissante des ordinateurs n’avait pas permis d’intégrer ces nouvelles connaissances dans les simulations des modèles météorologiques.

Pour d’autres types d’analyses globales, par exemple le type présenté dans Les limites de la croissance, les contraintes sont imposées principalement par des déficiences flagrantes dans la compréhension du comportement social. Notre modèle global était relativement simple en 1972, parce que la compréhension scientifique du comportement humain était relativement simple.

Comme cette compréhension n’a pas beaucoup progressé depuis, les améliorations matérielles – qui nous donnent une plus grande mémoire et un traitement plus rapide – n’ont pas permis de faire beaucoup de progrès par rapport à World3. En revanche, les progrès des logiciels ont été d’une aide précieuse pour le processus de recherche. Les langages de simulation de modélisation informatique sont devenus beaucoup plus faciles à utiliser au cours des cinq dernières décennies. C’est un avantage, mais cela nous permet uniquement de construire et d’analyser des modèles plus facilement et plus rapidement. Ils ne nous permettent pas à eux seuls de rendre les modèles plus précis.

Pourquoi avez-vous laissé le système de prix en dehors de votre modèle ?

World3 n’a pas exclu tous les éléments de la théorie des prix. Nous avons représenté de manière assez détaillée les déterminants à long terme de la production et de la consommation.

Lors de la modélisation de la dynamique à court terme de l’interaction entre la production et la consommation, il est essentiel d’inclure un prix explicite. Par exemple, mon premier livre, Les dynamiques des cycles de production de biens (Meadows, 1969), était basé sur un modèle qui intégrait des hypothèses précises sur les causes et les conséquences des changements de prix.

Cependant, la dynamique à long terme peut être comprise sans inclure le prix. Au cours de ce siècle, l’épuisement sera l’influence dominante sur la consommation. On ne peut pas consommer quelque chose que l’on n’a pas, quel que soit son prix.

L’épuisement est un processus thermodynamique. Augmenter le prix d’une ressource épuisée ne réduit pas magiquement son entropie ni n’en crée davantage dans le sol.

Les changements de prix peuvent souvent stimuler la production et l’utilisation d’alternatives aux matériaux qui se raréfient. Cependant, World3 regroupe toutes les ressources non renouvelables. Il suppose donc implicitement qu’il existe des possibilités infinies de substitution. Je considère que cette hypothèse a été l’erreur la plus grave de notre modèle. Nous avons traité les combustibles énergétiques, le charbon, le pétrole et le gaz, comme fongibles avec d’autres ressources non renouvelables, comme le cuivre ou le phosphate. Il est évident qu’ils ne le sont pas.

Puisque la substitution infinie entre ressources non renouvelables ne sera pas possible en pratique, les projections de notre modèle sont trop optimistes.

Les prix sont importants pour comprendre les questions à court terme, mais ils peuvent être profondément trompeurs dans l’analyse des problèmes à plus long terme. Par exemple, la valeur de la production agricole peut augmenter alors même que la faim humaine s’accroît. Ce paradoxe se produira lorsque l’on passera de la culture de produits nutritionnels à bas prix destinés à la consommation locale à la production de produits de luxe à prix élevé destinés à l’exportation – en remplaçant le manioc par des roses, par exemple. C’est pourquoi World3 exprime la production alimentaire en termes de calories et non de dollars.

Les nouvelles technologies nous permettront-elles d’ignorer les limites mondiales ?

Il serait trompeur de parler d’une seule technologie comme d’une solution universelle et d’imaginer qu’elle surgirait rapidement et spontanément, qu’elle aurait ses propres objectifs et qu’elle agirait de manière indépendante. Au contraire ! Les technologies sont très spécifiques. Par exemple, les technologies qui combattent la pandémie ou facilitent les télécommunications ne compensent pas l’épuisement du pétrole. La technologie est intégrée dans des outils, qui sont généralement créés lentement et à grands frais pour aider leurs développeurs à atteindre des objectifs personnels, politiques ou d’entreprise. La création et la mise en œuvre de nouvelles technologies nécessitent normalement des années de temps et des investissements financiers massifs. Ces investissements ne seront réalisés que par ceux qui espèrent en tirer profit. Et généralement, les développeurs ne s’attendent pas à tirer profit de la résolution des problèmes mondiaux, car la plupart des gens ne peuvent ou ne veulent pas payer pour la résolution de ces problèmes.

Prenons un simple marteau. Il s’agit d’une technologie élégante, mais personne ne suggère qu’elle résoudra les problèmes de manière autonome. Pour évaluer son potentiel, il faut savoir qui le manie et dans quel but. Entre les mains d’un bon menuisier, un marteau peut faciliter la création d’objets beaux et utiles. Mais ce même marteau, dans les mains d’un psychopathe, peut faciliter la destruction et la mort. La plupart des technologies ont un potentiel similaire de bien et de mal. La différence ne réside pas dans la technologie mais dans les objectifs de ceux qui la contrôlent.

Les motivations et les institutions qui créent les nouvelles technologies sont généralement les mêmes que celles qui ont produit les problèmes mondiaux existants. Il est naïf d’imaginer que ces institutions vont soudainement commencer à utiliser leurs nouvelles technologies pour résoudre les problèmes qu’elles ont précédemment causés avec leurs technologies antérieures. Sans changement dans les institutions et les motivations régissant le développement et l’utilisation de nouveaux outils, les problèmes persisteront quelles que soient les technologies que nous développons.

En fait, les technologies nécessaires pour réduire considérablement les problèmes mondiaux existent déjà. La résolution des problèmes mondiaux nécessite principalement de nouvelles normes, et non de nouveaux outils.

World3 prend-il en compte les guerres ?

World3 n’intègre aucune hypothèse sur les causes ou les conséquences des conflits violents. Nous avons omis la guerre, car il n’existait aucune théorie généralement acceptée sur ses causes. Sans ce consensus, il n’y avait aucune base scientifique pour incorporer la guerre dans le modèle.

Bien sûr, il y aura des guerres à l’avenir, mais elles ne soulèveront pas les limites de la croissance. Les résultats de notre modèle brossent donc un tableau trop optimiste.

Combien de personnes la Terre peut-elle supporter ?

La population qui peut être maintenue sur notre planète dépendra en grande partie de la productivité des ressources de la planète et des objectifs que nous nous fixons pour les conditions de vie des humains – pour leur équité, leur liberté, leur santé, leurs niveaux de consommation d’énergie et de consommation matérielle.

Si nous acceptons qu’une petite fraction de la population contrôle la plupart des richesses de la planète et exerce un contrôle central sur la majeure partie de l’humanité, qui vit dans la pauvreté matérielle, avec une mauvaise santé et peu de liberté, plusieurs milliards de personnes pourraient probablement survivre sur Terre plus ou moins indéfiniment.

Si, au contraire, nous voulons que les peuples de la Terre vivent longtemps et en bonne santé, avec une relative aisance matérielle, une bonne santé et une liberté substantielle, et avec une équité en matière de bien-être et de pouvoir politique, le niveau de population durable sera certainement bien inférieur aux chiffres actuels. Je crois intuitivement que la planète Terre pourrait faire vivre durablement peut-être un milliard de personnes avec des niveaux de vie comme ceux de l’Italie ou de la Corée du Sud aujourd’hui.

Quel que soit le meilleur chiffre pour le niveau de population durable aujourd’hui, il diminue rapidement car les progrès technologiques ne parviennent pas à compenser les conséquences de la consommation accélérée de l’humanité et de la détérioration des ressources de la planète.

World3 a montré clairement que le fait de retarder la réponse aux problèmes mondiaux laisse à l’humanité des marges de manœuvre de plus en plus réduites.

Comment réduire la population mondiale ?

La population mondiale diminuera, que nous nous efforcions ou non d’atteindre ce résultat. Si elle n’est pas réduite par une intervention sociale proactive, elle le sera par les forces écologiques. Une action délibérée est requise de notre part uniquement si nous aspirons à ce que le déclin soit pacifique, équitable et progressif.

Toute population ne diminue que lorsque son taux de mortalité dépasse son taux de natalité. L’émigration peut réduire les niveaux de population dans certaines nations, mais elle n’est évidemment pas pertinente pour l’ensemble du globe.

Réduire le taux de mortalité est un objectif universellement reconnu. Par conséquent, la seule option réaliste et proactive pour réduire la population consiste à réduire le taux de natalité en diminuant considérablement la fécondité.

La fécondité mondiale diminue déjà lentement. Cependant, la population continue d’augmenter et la consommation matérielle est déjà bien, bien au- dessus des niveaux durables alors que la capacité de charge de la planète est en chute libre. Sans un effort urgent pour accélérer la baisse de la fécondité, combiné à une redistribution des richesses pour aider les populations les plus pauvres à traverser la période de dépassement du pic, je pense que le taux de mortalité augmentera dans les prochaines décennies pour rétablir une sorte d’équilibre écologique.

Tout au long de l’histoire, il y a eu trois façons d’augmenter le taux de mortalité : la famine, la peste et la guerre. La plupart des gens ne considèrent aucune de ces mesures comme attrayantes. Cependant, c’est le choix implicite lorsque des intérêts politiques, économiques et religieux acquis bloquent avec succès tout effort systématique visant à réduire considérablement la fécondité dans le monde.

Préconisez-vous d’imposer des politiques de contrôle de la population aux pays pauvres ?

Certaines personnes ont tenté d’utiliser notre rapport pour justifier de telles politiques. Nous ne l’avons jamais fait. Notre rapport n’est pas à l’origine de ces efforts. Il ne les justifie pas non plus. Lorsque je considère les problèmes causés par la croissance matérielle dans un monde fini, je suis plus préoccupé par les niveaux de population des pays riches que par ceux des pays pauvres. La consommation d’une personne moyenne dans une nation développée cause beaucoup plus de dommages à l’écosystème mondial que la consommation d’un citoyen typique dans un pays plus pauvre.

Les politiques coercitives semblent, en tout état de cause, être relativement inefficaces à long terme. Notre modèle incluait de nombreuses influences sur la fécondité, telles que la santé, le niveau de revenu et la disponibilité de mesures modernes de contrôle des naissances. Nous avons conclu que le simple fait de donner aux femmes le droit de décider de la taille souhaitée de leur famille et de contrôler leur propre fécondité, lorsqu’il est combiné à des mesures pour améliorer l’équité, l’éducation et le bien-être matériel produirait les résultats mondiaux les plus intéressants.

Comment pouvez-vous prôner l’arrêt de la croissance alors que les pays pauvres sont toujours aussi loin derrière les riches ?

Notre analyse n’a pas préconisé cette politique, ni toute autre politique. Elle a simplement utilisé World3 pour déterminer les conséquences possibles, à long terme, de différentes actions.

Il est vrai que les nations industrialisées d’aujourd’hui ont utilisé leur pouvoir politique, économique et militaire pour maintenir leurs privilèges. Je considère cela comme contraire à l’éthique et non durable. Mais rien dans mon jugement ne modifie les lois qui régissent les processus physiques et biologiques de la planète. Que cela vous plaise ou non, ces lois suggèrent que la population mondiale entre dans une phase qui verra le nombre d’habitants diminuer et la consommation matérielle moyenne baisser. Bien sûr, les riches et les puissants s’efforceront de conserver ce qu’ils ont. Dans la mesure où ils y parviendront, le fossé entre riches et pauvres se creusera encore davantage.

L’obtention des ressources de la mer nous permettra-t-elle d’ignorer l’épuisement des ressources ?

Il existe deux catégories importantes de minéraux d’origine marine : ceux qui sont dissous dans l’eau de mer et ceux qui sont regroupés dans des nodules au fond des océans. Quelques-unes des matières dissoutes, comme le sel, peuvent être produites économiquement à partir de la mer. Mais la grande majorité d’entre elles sont trop diluées pour servir d’intrants à la fabrication. Le capital et l’énergie nécessaires pour les concentrer seraient plus précieux que les matériaux qu’ils rendent disponibles.

Des efforts commerciaux croissants sont déployés pour obtenir des minéraux à partir des nodules des grands fonds marins – principalement du manganèse, mais aussi du nickel, du cobalt et du cuivre. Peut-être ces efforts se développeront-ils pour fournir des sources importantes de ces quelques éléments – et peut-être pas.

Même s’ils réussissent, personne ne prétend que les quelques matériaux potentiellement disponibles grâce à l’exploitation minière en eaux profondes le seront un jour en quantité ou en diversité suffisantes pour soutenir une société industrielle. Et dans tous les cas, le processus perturbera profondément les écosystèmes marins délicats dans des zones où la régénération est un processus très, très lent, qui ne se produit qu’au cours des siècles ou des millénaires.

Je me demande pourquoi la cohorte mondiale qui se trouve être en vie aujourd’hui, qui n’est qu’une des 15 000 générations que notre espèce a produites sur cette Terre, croit implicitement qu’elle seule a le droit moral d’épuiser toute l’énergie et les matériaux de haute qualité de la planète et d’endommager son environnement, laissant moins aux générations futures.

Pourquoi est-il encore possible d’obtenir des ressources qui, selon vos prévisions, seraient épuisées en l’an 2000 ?

Nos analyses des douze scénarios publiés dans notre livre ne contenaient pas une seule référence à un minéral spécifique – et encore moins à son épuisement total. Nous n’aurions pas pu projeter quoi que ce soit sur un matériau spécifique, car World3 ne faisait même pas de distinction entre les minéraux. Les équations du modèle ne définissaient que la production et la consommation d’un stock unique appelé « ressources ». Et ce stock ne tombe à zéro dans aucune de nos simulations. Par exemple, dans la figure 1, le stock de ressources de World3 devrait encore contenir en 2100 15 % des matériaux initialement disponibles en 1900.

Alors quelle est la source de l’hypothèse largement répandue selon laquelle nous avons prédit l’épuisement d’un matériau spécifique ? Elle trouve son origine dans un livre de 1994, Ecoscam, de Ronald Bailey (Bailey, 1994). Dans son chapitre sur les limites géophysiques, il a déformé les données du tableau 4 de notre livre de 1972. En ignorant la page entière de citations que nous avions fournie pour indiquer leurs sources, il a laissé entendre que les chiffres des ressources avaient été produits par World3.

Ils ne l’étaient pas. Les données de ce tableau provenaient de l’évaluation de dix-neuf minéraux et combustibles importants établie par l’US Geological Survey. Nous avons utilisé ces données uniquement pour illustrer certaines différences importantes entre la croissance linéaire et la croissance exponentielle – entre l’indice de durée de vie des réserves statique et exponentielle, deux indicateurs différents de la disponibilité des ressources.

Nous avons explicitement indiqué que nos illustrations ne présageaient pas de l’épuisement réel des matériaux utilisés dans nos exemples. À la page 63 de notre livre, nous écrivions :

Bien entendu, la disponibilité réelle des ressources non renouvelables au cours des prochaines décennies sera déterminée par des facteurs beaucoup plus complexes.

À la page 66, nous écrivions :

Compte tenu des taux de consommation actuels des ressources et de l’augmentation prévue de ces taux, la grande majorité des ressources non renouvelables actuellement importantes seront extrêmement coûteuses dans 100 ans.

Je continue de croire que cela s’avérera vrai.

Les nouvelles sources d’énergie permettront-elles à l’humanité de faire face à l’épuisement des combustibles fossiles ?

La plupart des nouvelles sources d’énergie potentielles examinées aujourd’hui ne fourniront que de l’électricité. L’électricité est essentielle, mais elle ne représente qu’une infime partie de l’énergie totale nécessaire pour soutenir une économie à forte intensité de capital. Une société industrielle utilise l’énergie sous quatre formes différentes : l’électricité, la chaleur à basse température, la chaleur à haute température et les carburants de transport. Les trois dernières formes peuvent être fournies par l’électricité dans des applications limitées. Mais la transition vers les substituts sera trop lente, trop coûteuse et trop inefficace pour soutenir l’économie industrialisée actuelle et globale.

Les sources d’énergie dites renouvelables présentent de nombreux effets secondaires graves qui entraveront leur développement. Bien que le « combustible » de nombreuses technologies renouvelables soit « gratuit », c’est-à-dire disponible sans coût marginal, le capital nécessaire pour capter, convertir et fournir l’énergie de ces combustibles n’est pas gratuit. La fabrication de ce capital nécessite de nombreux matériaux rares et beaucoup d’énergie fossile. La plupart des sources d’énergie solaire ne fournissent qu’une énergie intermittente. Elles doivent donc être augmentées pour remplacer les sources traditionnelles dans une économie qui exige cohérence et fiabilité.

Il est utile de rechercher et de mettre en œuvre de nouvelles sources d’énergie. Mais il n’est absolument pas possible qu’elles permettent aux populations du globe de maintenir leur niveau de vie actuel.

Pourquoi n’avez-vous pas inclus l’énergie nucléaire comme solution ?

Je pense que l’énergie nucléaire n’offre ni une solution réalisable ni une solution éthique aux problèmes que nous avons abordés dans notre livre.

Les réacteurs nucléaires ne fournissent que 10 % de l’électricité dans le monde. L’électricité ne représente qu’une petite fraction de l’énergie nécessaire au maintien de la civilisation actuelle. Après sept décennies de subventions sans précédent, de soutien politique et de tolérance de leurs déchets toxiques, les réacteurs nucléaires ne fournissent toujours que 4 % de l’énergie mondiale. Il est illusoire d’imaginer qu’ils puissent un jour élargir les options à long terme de l’humanité.

Pire encore, les réacteurs nucléaires actuels sont une technologie mortelle. Fukushima n’était pas une anomalie ponctuelle. Il s’agit d’une nouvelle démonstration que les technologies complexes créées par l’homme ne peuvent être isolées à 100 % des conséquences des erreurs humaines. Un avenir mondial attrayant ne sera possible que si nous nous appuyons sur des technologies qui peuvent échouer en toute sécurité.

En échange d’un avantage mineur pour une petite population s’étendant sur quelques décennies, l’énergie nucléaire oblige l’ensemble de l’humanité à connaître des problèmes existentiels de déchets toxiques qui persistent pendant des siècles.

Si la société humaine consacrait tout l’argent, les efforts, l’expertise technique et le soutien politique actuellement recherchés par l’industrie nucléaire à l’élaboration d’autres solutions, les résultats seraient bien plus bénéfiques.

Quel est le changement le plus important dans le système international, selon vous ?

Je ne passe pas mon temps à souhaiter et à attendre des conditions différentes. La société doit de toute urgence s’attaquer aux problèmes mondiaux dans les circonstances qui prévalent aujourd’hui.

Néanmoins, je vais répondre à la question. Si je pouvais introduire instantanément et universellement un changement dans le système social mondial, ce changement ne serait pas politique ou technique, mais culturel. J’élargirais les limites des préoccupations des gens, c’est-à-dire l’intervalle de temps et d’espace dans lequel ils comparent les coûts et les avantages perçus des alternatives qu’ils envisagent.

De nombreux problèmes ont une inertie inhérente qui les fait évoluer sur des décennies, des siècles, voire plus. Et les politiques adoptées à un endroit particulier ont souvent des conséquences dans d’autres endroits très éloignés. Les mesures qui font paraître ces problèmes moins graves à court terme et au niveau local les rendent généralement plus graves à long terme et plus loin.

Les réponses nationales à la pandémie illustrent ce point. Les pays riches ont accumulé les vaccins, afin que leurs propres populations restent en meilleure santé à court terme. Mais en refusant de partager ces médicaments avec les régions plus pauvres, ils ont créé les circonstances propices à l’émergence future de mutations virales qui pourraient être plus mortelles pour tous à long terme.

Nos systèmes politiques, économiques et culturels comportent de nombreux mécanismes qui favorisent le court terme au détriment du long terme – élections fréquentes, rapports boursiers quotidiens, concept d’actualisation des flux de trésorerie, courte durée d’attention des médias. Tant que les politiques ne seront évaluées qu’en fonction de leurs conséquences immédiates et locales, il ne sera pas possible de parvenir à une durabilité globale.

Comment vos scénarios de 1972 se rapportent-ils au changement climatique actuel ?

Le changement climatique n’était pas une préoccupation sérieuse il y a cinquante ans. World3 n’inclut aucune équation spécifiquement liée à cette question, et le changement climatique n’était pas abordé dans notre livre de 1972. Nous avons toutefois publié un graphique montrant l’augmentation exponentielle du CO2 dans l’atmosphère entre 1860 et 1970. Cependant, notre intention avec ce graphique n’était pas d’alerter sur le changement climatique mais d’illustrer la nature de la croissance exponentielle d’un polluant persistant. C’est par hasard que les données que nous avons sélectionnées pour montrer une courbe de croissance exponentielle pure étaient disponibles pour le CO2.

Nous avons reconnu il y a 50 ans que l’augmentation du CO2 était indésirable. En effet, nous écrivions :

Cette augmentation du CO2 atmosphérique finira par cesser, on l’espère avant qu’elle n’ait eu le moindre effet écologique ou climatologique mesurable.

Je crois que c’était la seule référence au changement climatique dans notre premier rapport.

Les éditions ultérieures de notre livre ont accordé plus d’attention au changement climatique, au fur et à mesure que les preuves s’accumulaient et que la compréhension scientifique de ce phénomène progressait. Par exemple, l’expression apparaît une quinzaine de fois dans la troisième édition. Mais nous n’avons pas jugé nécessaire de modifier les hypothèses structurelles du modèle pour les éditions ultérieures de notre livre, puisque nous avons conclu que le changement climatique n’augmenterait pas les limites à la croissance.

Les effets du changement climatique empêcheront probablement la reprise rapide de la population et de l’économie après leur pic dans les prochaines décennies. Cependant, nous n’avons tiré aucune conclusion des valeurs des variables du modèle après leurs pics. Nous n’avons pas spéculé sur les conditions mondiales possibles une fois le déclin amorcé.

Je crois maintenant que le changement climatique est l’une des principales menaces existentielles pour la société industrielle sur cette planète. D’une manière ou d’une autre, son élimination magique laisserait subsister d’autres problèmes graves, tels que l’évolution pacifique de la dépendance profonde aux combustibles fossiles et l’arrêt de l’érosion des sols. Mais il n’existe aucun moyen magique d’éviter les profondes perturbations qui se produiront dans les décennies et les siècles à venir en raison du changement climatique. L’humanité se soucie soudain du changement climatique, mais le changement climatique ne se soucie pas de l’humanité. Le dérèglement climatique a été déclenché par la croissance exponentielle de la combustion de combustibles fossiles par la société. Mais même en arrêtant miraculeusement toutes les émissions de CO2 aujourd’hui, l’humanité devrait encore faire face à des siècles ou des millénaires de changement climatique, car les émissions passées de gaz à effet de serre affecteront l’écosystème pendant des siècles, et le changement climatique est de plus en plus entraîné par sa propre dynamique interne.

Le contenu thermique de l’atmosphère de la planète a augmenté suffisamment pour activer de plus en plus de boucles de rétroaction positive du système climatique, comme la fonte de la couverture de glace réfléchissante et la libération de méthane par la toundra. La dynamique du changement climatique est donc de moins en moins déterminée par les actions humaines et de plus en plus par les mécanismes de renforcement de l’environnement biophysique de la planète.

Au cours de ses quelque 300 000 ans de présence sur cette planète, l’homo sapiens s’est adapté à de nombreuses reprises à des climats radicalement différents de celui dont jouit la société actuelle. Je ne m’attends donc pas à ce que le changement climatique fasse disparaître notre espèce de la planète. Mais le changement climatique détruira certainement les fondements d’une société à forte population, consommatrice d’énergie fossile et aux normes matérielles élevées.

Quel est, selon vous, le problème le plus important auquel nous soyons confrontés aujourd’hui ?

Il est essentiel de reconnaître que ces questions, tels que le changement climatique, l’inflation et les pénuries alimentaires, qui sont considérées comme des problèmes sont en réalité des symptômes. Tout comme un mal de tête peut être le signe d’un cancer, de nombreuses difficultés actuelles sont les symptômes de niveaux de consommation matérielle qui ont dépassé les limites supportables de la planète. Bien sûr, les symptômes sont importants. Ils doivent être traités, tout comme un mal de tête mérite une réponse. Cependant, une aspirine peut permettre au patient de se sentir mieux temporairement, mais elle ne résout pas le problème sous-jacent. Pour cela, il faut s’attaquer à la croissance incontrôlée des cellules cancéreuses dans l’organisme. De même, l’atténuation du changement climatique, de l’érosion des sols ou de la pollution peut permettre aux gens de se sentir mieux à court terme. Mais tant que les causes de la croissance incontrôlée de la population et de la consommation matérielle ne seront pas traitées, il n’y aura pas de solution permanente. Ce sont les problèmes les plus importants auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

Quelle est, selon vous, la plus grande menace de la baisse de la croissance ?

Relever les défis d’une population en déclin pourrait être une énorme source d’innovation et d’inspiration. Mais les gens refusent de considérer que la croissance doit être inversée. Un livre riche en enseignements de l’économiste japonais Matsutani Akihito, Shrinking Population Economics (Akihito, 2006), expose les nombreux défis à relever pour y parvenir. La gestion des problèmes d’une population et d’une économie en déclin sera certainement plus facile que les efforts visant à maintenir les taux de croissance actuels. Mais notre culture résiste à cette idée.

En conséquence, la plus grande menace du déclin de la croissance sera pour notre tissu social. La promesse de la croissance – plus pour tous – a été le principal facteur de cohésion sociale nécessaire à une gouvernance efficace. Dans un système où chaque participant s’attend à avoir plus au bout du compte, il est possible de parvenir à un consensus même pour des actions qui, selon certains, leur rapporteront moins à court terme. Mais lorsque tout le monde comprend que la croissance n’est plus possible, lorsque la vie devient manifestement un jeu à somme nulle – si quelqu’un obtient plus, un autre doit obtenir moins – alors le consensus disparaît.

Aucun système de gouvernance ne sera en mesure d’accomplir les changements nécessaires, car ceux qui s’attendent à obtenir moins bloqueront l’action.

Préconisez-vous une autre forme de gouvernement ?

Il est évident que les systèmes de gouvernance actuels de la planète ne permettent pas de faire face efficacement aux problèmes mondiaux à long terme, tels que la croissance de la pollution persistante, l’inégalité économique grandissante, la prolifération des armes nucléaires ou le changement climatique. Il ne s’agit pas d’un échec propre aux démocraties. Aucun système politique ne parvient à résoudre ces problèmes mondiaux. La qualité des ressources naturelles se détériore sur tous les continents et dans toutes les nations.

Ces faits sont démontrés par de nombreux indicateurs, tels que l’augmentation persistante des niveaux de GES dans l’atmosphère, l’écart croissant entre les riches et les pauvres et la prolifération accélérée des armes nucléaires. Les débâcles des réponses mondiales à la pandémie de Covid et au changement climatique sont typiques, et non uniques.

Reconnaître l’échec général, c’est simplement reconnaître la réalité ; cela n’implique pas une préférence personnelle pour une forme de gouvernance plutôt qu’une autre. Les groupes humains ont utilisé de nombreuses formes de gouvernance différentes au cours des centaines de milliers d’années de vie de notre espèce sur cette planète – monarchie, démocratie, oligarchie, théocratie, aristocratie, et bien d’autres encore. Chacun des différents systèmes de gouvernance pourrait potentiellement produire un avenir plus durable pour l’humanité, s’il reflétait un souci d’équité, de préservation de l’environnement, de résilience et de bien-être et s’il considérait les impacts éloignés dans le temps et l’espace comme aussi importants que ceux qui sont proches. Aucun système de gouvernance ne produira un avenir attrayant s’il est dominé par des personnes égocentriques, corrompues, imprévoyantes ou stupides.

La gouvernance durable exige des institutions et une culture capables de choisir et de supporter des sacrifices à court terme pour garantir des gains à long terme. La résolution de n’importe lequel des problèmes mondiaux nécessitera ce compromis. Jusqu’à présent, aucun des systèmes de gouvernance nationaux actuels n’a montré une grande propension à inciter ses citoyens à faire des sacrifices à court terme pour le bien-être à long terme des autres.

Je suis personnellement très heureux d’avoir eu la chance de naître et de grandir dans une démocratie relativement libérale et non corrompue. Elle m’a offert de nombreux avantages mais, parmi ceux-ci, il n’y avait pas une planète durablement saine.

Recommandez-vous aux jeunes adultes d’avoir des enfants ?

La décision de mettre des enfants au monde a de nombreuses conséquences importantes pour les autres. Elle influe sur la consommation de nourriture, d’énergie et de matériaux et augmente la demande de logements et de services. Elle a également une influence considérable sur la vie des parents potentiels, en raison des exigences en matière de temps et d’argent qui découleront de leur désir naturel de subvenir aux besoins de leurs enfants.

Donella et moi avons choisi de ne pas avoir d’enfants pour la deuxième raison. Nous aimions travailler ensemble, et nous savions que la responsabilité parentale rendrait cela beaucoup plus difficile. Cependant, la décision d’être parent est très personnelle. Je n’ai jamais imaginé que ma décision serait nécessairement appropriée pour les autres.

J’ai toujours recommandé aux personnes qui se posent la question d’avoir ou non des enfants de fonder leur décision sur les conséquences personnelles attendues plutôt que sur d’éventuelles conséquences sociétales.

Quel a été votre plus grand succès ?

Il est clair que notre rapport n’a apporté aucun changement perceptible dans les politiques des dirigeants du monde. Aujourd’hui encore, les gouvernements nationaux cherchent instinctivement à résoudre tous les problèmes en favorisant la croissance.

Mais notre rapport a influencé la pensée de nombreuses personnes. Nombreux sont ceux qui m’ont dit que la lecture de Limites à la croissance avait considérablement influencé leur compréhension des problèmes mondiaux et, dans de nombreux cas, changé le cours de leurs études et de leur carrière.

Pour moi, la plus grande réussite de notre projet pour le Club de Rome, ce sont les milliers de personnes dans le monde qui abordent désormais leurs défis personnels et professionnels quotidiens en partant du principe que la croissance physique ne peut pas et ne pourra pas continuer sur une planète finie. Que la résilience, dans l’équité, et non la croissance perpétuelle, est l’objectif le plus important.

1  Dennis Meadows est un scientifique américain, professeur émérite de management des systèmes, ancien directeur de l’Institute for Policy and Social

Bibliography

Bailey D. (1993), Ecoscam : The false prophets of ecological apocalypse, New York, St. Martin press.

Matsutani A. (2006), Shrinking-population Economics: Lessons from Japan, Tokyo, International House of Japan.

Meadows DL. (1969), The dynamics of commodity production cycles: a Dynamic Cobweb Theorem, PhD. Cambridge, Massachusetts Institute of Technology, Alfred P. Sloan School of Management, [En ligne] URL : http://hdl.handle.net/1721.1/14131.

Meadows DH, Meadows DL, Randers J, Behren WW. (1972), The Limits to Growth, New York, Universe Books.

Notes

1  Dennis Meadows est un scientifique américain, professeur émérite de management des systèmes, ancien directeur de l’Institute for Policy and Social Science Research à l’université du New Hampshire et co-auteur du rapport Halte à la croissance ? . Il a co-fondé le Balaton Group, un réseau de 300 scientifiques à travers le monde travaillant sur des questions de dynamique des systèmes et de soutenabilité.
Cet article a été traduit par Félix Garnier, membre de l’OPCD.

Illustrations

Questions sur le rapport Meadows au Club de Rome

Questions sur le rapport Meadows au Club de Rome

© Félix Zirgel, 2023

Figure 1 : Le scénario World3 que je considère comme le plus utile.

Figure 1 : Le scénario World3 que je considère comme le plus utile.

Figure 35 dans Halte à la croissance ? (Meadows et al., 1972).

References

Electronic reference

Dennis MEADOWS, « Questions sur Halte à la croissance ? », Mondes en décroissance [Online], 1 | 2023, Online since 21 April 2023, connection on 20 February 2024. URL : http://revues-msh.uca.fr/revue-opcd/index.php?id=244

Author

Dennis MEADOWS

Professeur émérite, Université du New Hampshire

Copyright

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)