La revue en ligne Sociopoétiques a un double objectif. Elle entend d'abord cerner au plus près un concept critique qui, s'il se fonde sur les liens entre matière sociale et littérature dans une démarche qui croise les disciplines, se distingue d'approches frontalières par sa dimension de poétique textuelle et par l'intérêt qu'il accorde aux micro-lectures et au tissu verbal. Le terme est parlant : il ne s'agit pas plus de sociocritique que de sociologie de la littérature, car le domaine des interactions sociales et de leurs représentations est ici envisagé comme un réservoir d'éléments dynamiques de la création littéraire. Il s'agit d'analyser la manière dont les représentations et l'imaginaire social informent le texte dans son écriture même.

Le terme de « Sociopoétique » existe, à tel point qu'il donne lieu à des emplois incertains et s'ouvre à une polysémie dangereuse. C'est pour cette raison que la présente revue donnera voix à des méthodes critiques voisines, avec lesquelles elle entend dialoguer pour enrichir les perspectives du lecteur et pour permettre de mieux cerner les contours qui lui sont propres.

Le second objectif de la revue Sociopoétiques est plus démonstratif. Dans le sillage des travaux d'Alain Montandon, fondateur du concept et Président d'honneur de la revue, des analyses variées et concrètes nourriront chacun des numéros à venir. 



Dernier numéro paru

5 | 2020 : Sociopoétique de la baignade

 Le motif de la baignade a inspiré de nombreux artistes qui se sont faits les peintres, les écrivains, les photographes et cinéastes de cette pratique ancienne souvent encouragée pour ses vertus hygiéniques, cathartiques ou thérapeutiques, voire miraculeuses dans le cas de la piscine probatique (Lucio Massari, Le Tintoret, Murillo) et des fontaines de jouvence (Hans Sebald Beham, Lucas Cranach, Ron Howard), quoique parfois réprouvée pour la corruption des mœurs qu’on la soupçonne de favoriser.

 
 Illustration : Heinrich Zille (1858-1929), Berliner Strandleben, 1901, collection particulière, Berlin, domaine public.